• bestofcluj.png
  • clujuldelanganoi.png
  • gradinabotanica.png
  • muzee.png
  • parcetnografic.png

L'histoire de Cluj-Napoca

Ancienne capitale de la Dacie Porolissensis, attestée il ya deux millénaires par le géographe grec Claudius Ptolomaeus (85-165), la ville fut élevée au rang de municipe sous le règne de l'empereur Hadrien (117-138), appelé Municipium Aelium Hadrianum Napoca puis au rang de colonie vers l'an 180, sous Marcus Aurelius Commodus.

small Poza Patrimoniu istoric

Colonia Aurelia Napoca détint des institutions, le sénat local, des magistrats, l'assemblée du peuple, un statut semblable à celui de n'importe quelle ville dans l'Empire romain. Les premières dates de mention documentaire existent depuis 1173 et désignent la région sous le nom de Clus (du latin «endroit fermé entre les collines»). Les autres noms de la ville furent Kolozsvar (en hongrois) et Klausenburg (en allemand), d'après les colons Saxons qui s'installèrent dans la ville (forteresse)de Cluj, à l'époque du roi Étienne V de Hongrie, après la décimation de la population indigène pendant les attaques tatares. Klausenburg fut l'une des sept villes (Siebenburgen) médiévales Saxonnes de la Transylvanie. Le premier nom roumain de la ville fut Clus, écrit parfois Klus. En 1974, le nom fut changé en Cluj-Napoca. La position géographique privilégiée, sur les anciennes routes reliant l'Europe occidentale à l'est et au sud du continent, détermina un cadre spécifique de pluralité ethnoculturelle et développement matériel.

small Clus

Bien qu'il ait souffert d'un fort recul dû aux invasions barbares qui suivirent le retrait des Romains (en 271) au le Moyen Âge, la ville a connu une civilisation florissante, accompagnée d'une accumulation exceptionnelle de valeurs économiques, artistiques et culturelles qui ont justifié l'attribution et la consolidation d'un surnom dont peu de villes pouvaient être fiers: celui de la «ville-trésor". Les privilèges accordés par le roi Charles Robert d'Anjou, en 1316, lui ont donné le statut de «ville (libre) royal", en comptant parmi les privilèges les plus importantes: le droit d'avoir sa propre administration, le droit au jugement, le droit de déployer des échanges commerciales, le droit de construire des églises et des cimetières, etc. En 1405, le roi Sigismond de Luxembourg a accordé à la ville de nouvelles privilèges, notamment l'élargissement de l'enceinte fortifiée.

La ville a bénéficié aussi de la protection spéciale d'un autre roi, d'origine de Cluj par naissance: Mathias Corvinus (1458-1490). Son règne est lié à l'achèvement, la restauration ou le début de quelques monuments les plus représentatifs de la ville - l'achèvement de l'église de Saint-Michel (vers l'an 1480) et l'intégration de l'enceinte fortifiée de la ville en dressant, vers 1475, La Tour des Tailleurs. La construction la plus importante de Cluj de Mathias a été l'église des Frères Mineurs (à présent réformé) de la rue des Loups (aujourd'hui M. Kogalniceanu), financé par un don royal, dont la construction commença en 1486.

small bastionul croitorilor 1890

Le premier endroit fortifié de la ville médiévale fut dressé après l'invasion tartare de 1241 et après l'acte royal de 1316, y compris une superficie d'environ 7 hectares ayant le centré sur la Place du Musée actuel. La Tour de l'angle de sud-est, appelé des Maçons d'après la guilde qui la gérait, fut utilisée comme une prison. Le second endroit fortifié fut encore plus grand, comprenant environ 45 hectares entre les murailles. Au XVe siècle on a mentionné 18 bastions et tours dans les angles de la ville, aux portes de la ville ou entre elles (La tour du Pont, La Tour du monastère, La Tour des Tailleurs etc.), Cluj étant décrit par les auteurs humanistes comme une «grande et riche cité commerçante, bien construite, avec des murailles solides et anciennes et de nombreuses tours "( Giovanandrea Gromo).


Entre 1713-1716, sur la colline Cetatuia fut construite, par les autrichiens, une garnison de la ville construite dans le système Vauban. À l'intérieur de la forteresse fut exécuté en 1849 par les autorités hongroises, l'historien et penseur allemand Stephan Ludwig Roth, participant à la Révolution de 1848. Déclaré monument historique, la forteresse offre aux visiteurs une vue magnifique sur la ville.

small cazarma de pe cetatuie 1916

 

Au cours de l'Empire austro-hongrois, même si l'impact politique a été négatif, Cluj a vu un grand développement urbain, avec de nombreuses influences bénéfiques et occidentales. L'approche de l'affirmation comme nation des Roumains, qui a culminé avec la période de l'année quarante-huit et des mémorandums (la Révolution de 1848 et la rédaction du Mémorandum) a été réalisée avec l'union de la Transylvanie avec la Roumanie.

Aujourd'hui, le municipe de Cluj-Napoca est le siège du département de Cluj et la capitale économique et spirituelle de la Transylvanie, un fort centre universitaire et médical, un pôle de la diversité et du multiculturalisme, où le passé, le présent et l'avenir représentent la somme de l'identité et de la spécificité locale. Dans les protocoles du XVIe siècle de la ville Cluj, conservés presque entièrement auprès de la Direction Départementale de Cluj des Archives Nationales, le citoyen de Cluj est fièrement considéré «celui qui aime son pays» et «La République est le nom de la ville entière, pour laquelle nous avons le devoir de mourir et lui donner tout, de lui donner et consacrer tout ce qui est le nôtre ".

small Clujul nou

Cluj-«ville trésor» était considérée une république urbaine, une patrie pour ses habitants, où l'organisation de l'administration municipale, la répartition correcte des impôts, l'ordre interne ou de développement urbain étaient le plus souvent plus importants que les événements européens ou la politique des princes. Même si on parlait de différentes langues, les habitants de Cluj, ont su vivre, accepter, vivre ensemble et respecter les valeurs de chacun, dans une ville qui n'a jamais appartenu à un seul groupe ethnique, à un seul ordre religieux ou à une seule catégorie sociale. Ainsi, la plus précieuse et durable richesse de la «ville-trésor» est, en fait, cet art remarquable de vivre ensemble.

Catégorie : FR Istoria Clujului

Publicatii

publicatii03